Sélection de la langue

Le gouvernement de Nouvelle-Écosse          Le gouvernemnt de Nouveau-Brunswick       Le gouvernement de l'Êle-du-Prince-ÉdouardLe gouvernement de l'Êle-du-Prince-Édouard          Le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador          Le gouvernement du Canada

Table ronde sur l’immigration

 

Le 29 avril 2017 - Halifax, Nouvelle-Écosse
Organisée par le Groupe consultatif sur la croissance en Atlantique

Secteur d'intérêt

Améliorer la capacité de la région à former et à retenir une main-d’œuvre qualifiée en faisant du Canada atlantique une destination de choix pour les immigrants.

Faits saillants

Les participants ont souligné plusieurs points importants et proposent une vaste gamme de solutions. Ils indiquent que le Projet pilote d’immigration dans l’Atlantique, annoncé en juillet 2016, constitue une initiative positive. À partir de ce projet, il faut poursuivre les efforts afin de réduire les délais de traitement et la complexité des processus permettant d’attirer et d’intégrer de nouveaux Canadiens. Il existe des modèles solides d’établissement qu’il serait possible de mettre en œuvre à l’échelle régionale. Inciter les étudiants étrangers à rester dans la région présente un important débouché, mais cela exige des efforts concertés de la part de différents acteurs (gouvernements, organismes d’établissement, établissements d’enseignement postsecondaire, secteur privé), et les efforts doivent être axés, entre autres, sur l’intégration au marché du travail.

Résumé des discussions et considérations

Inciter les immigrants à rester : Il faut en faire davantage pour mieux comprendre les besoins des nouveaux arrivants et les raisons pour lesquelles certaines personnes décident de partir. Il serait judicieux d’améliorer la collaboration entre les intervenants, y compris les municipalités, pour miser sur les forces de la région et mettre en commun les pratiques exemplaires. Les immigrants dans la région doivent se sentir accueillis et valorisés et ils doivent pouvoir décrocher des emplois de bonne qualité. Les recherches révèlent qu’en raison des liens familiaux solides tissés au sein de la collectivité, le taux d’immigrants de la catégorie du regroupement familial qui restent dans la région est plus élevé que le taux affiché pour les immigrants de la catégorie économique. Comme les liens familiaux incitent de manière considérable les immigrants à rester dans une région, les gouvernements auraient intérêt à augmenter le nombre d’immigrants de la catégorie du regroupement familial dans la région du Canada atlantique s’ils veulent se trouver sur un pied d’égalité avec le reste du pays.

Recruter des étudiants internationaux : Les étudiants internationaux représentent une importante source de talents et d’immigrants éventuels pour la région de l’Atlantique. Les gouvernements et les intervenants pourraient travailler ensemble pour mettre au point une approche régionale en matière de recrutement, laquelle mettrait l’accent sur des marchés particuliers. Il faut développer davantage de produits de communication pour adresser cette situation. Il faut corriger les problèmes liés au processus de demande de visa d’étudiant, notamment en réduisant les délais de traitement (par rapport aux délais au Royaume-Uni, aux États-Unis et en Australie) et en empêchant le refus possible d’une demande de visa d’étudiant pour le motif que l’étudiant a signalé son intention de vivre au Canada en permanence. Inciter les étudiants internationaux à rester : Il est essentiel d’appuyer les étudiants internationaux pendant leurs études et après l’obtention de leur diplôme pour les inciter à rester au Canada atlantique. Voici quelques idées supplémentaires sur la façon d’appuyer ces étudiants : faciliter leur intégration dans les collectivités de la région (collectivités de langue anglaise et française), leur donner accès à des expériences de travail enrichissantes, les jumeler avec un mentor, les mettre en lien avec des groupes communautaires et avec des possibilités de bénévolat, leur fournir une attestation pour aider les employeurs à les embaucher. Quelques projets pilotes de petite envergure sont exécutés dans la région, mais comment ces programmes peuvent-ils être mis en œuvre à l’échelle locale et régionale pour aider un plus grand nombre d’étudiants?

Le gouvernement pourrait aussi éliminer les obstacles qui empêchent les étudiants internationaux d’obtenir leur résidence permanente, notamment en reconnaissant leur expérience de travail à l’extérieur du Canada et en prolongeant leur permis de travail post-diplôme pour qu’ils puissent acquérir une expérience de travail suffisante au Canada.

Attirer des travailleurs hautement qualifiés : Le Canada atlantique a besoin d’attirer des travailleurs qualifiés. Pour ce faire, il pourrait faciliter l’obtention de visas de résident temporaire pour les chercheurs et les diplômés de troisième cycle (à l’instar du système américain), attirer de manière proactive les étudiants internationaux finissants (surtout les diplômés de deuxième et de troisième cycles) provenant d’autres régions du pays, et encourager les jeunes et les autres résidents qui ont quitté la région à y revenir.

Programmes d’établissement : Les services et les soutiens offerts par les programmes d’établissement sont essentiels pour assurer la pleine intégration des nouveaux arrivants et pour les inciter à rester dans la région. L’accès à ces programmes pourrait être élargi pour inclure les résidents temporaires et leurs familles, y compris les étudiants internationaux, pour faciliter leur intégration dans la collectivité et pour les encourager à rester dans la région et devenir des résidents permanents. Compte tenu du vieillissement de la population dans la région et de la nécessité de planifier la transition, des programmes pourraient être mis sur pied pour mettre en lien des immigrants cherchant à acquérir une entreprise clé en main avec des propriétaires cherchant à vendre leur entreprise.

Programme pilote d’immigration au Canada atlantique : De nombreuses petites entreprises dans les régions rurales du Canada atlantique qui ont besoin de recruter des gens n’ont peut-être pas les ressources ou l’expertise nécessaires pour s’y retrouver dans les programmes de ce projet pilote (p. ex. remplir les documents nécessaires, comprendre ce qu’il faut faire). Les municipalités et les collectivités pourraient offrir un soutien supplémentaire pour aider ces petites entreprises. De plus, il serait possible d’améliorer les programmes de ce projet pilote d’immigration au Canada atlantique en permettant aux entreprises de fournir leurs renseignements en ligne plutôt que par la poste et en fournissant un point de contact au niveau fédéral pour les employeurs.

Étude d’impact sur le marché du travail (EIMT) : Les participants reconnaissent que les EIMT jouent un rôle dans le processus de recrutement des travailleurs étrangers, mais ils suggèrent qu’on les revoie pour trouver des moyens de les rendre plus efficaces et efficientes pour les employeurs. Voici quelques idées proposées : collaboration entre le gouvernement et les employeurs pour cerner et corriger les principaux « goulots d’étranglement » du processus; accroître la période de validité de l’EIMT d’un employeur; permettre à une petite entreprise d’utiliser l’EIMT effectuée pour une autre entreprise dans le même domaine.

Entrepreneuriat : Un grand nombre de nouveaux arrivants dans la région foisonnent d’idées et de talents et souhaitent investir de l’argent, se lancer en affaires ou acheter une entreprise existante. Cependant, si leur processus d’immigration n’est pas mené à bien, les nouveaux arrivants pourraient rater de bonnes occasions d’affaires. Les gouvernements pourraient mieux appuyer les possibilités d’investissement étranger en mettant sur pied un programme des investisseurs ciblant les nouveaux arrivants. Ce programme permettrait aux nouveaux arrivants d’investir dans leurs collectivités, de créer des emplois et de renforcer leurs liens dans la région.

Principales idées

Recruter des étudiants internationaux et les inciter à rester : Collaborer à la mise au point d’une approche régionale en matière de recrutement, en mettant l’accent sur des marchés particuliers. Faciliter l’obtention de visas de résident temporaire pour les chercheurs et les diplômés de troisième cycle (p. ex. système américain). Éliminer les obstacles pour les étudiants internationaux qui cherchent à obtenir la résidence permanente en reconnaissant leur expérience de travail à l’extérieur du Canada et en prolongeant leur permis de travail post-diplôme pour leur permettre d’acquérir une expérience de travail suffisante au Canada. Donner aux étudiants internationaux des expériences de travail enrichissantes, les jumeler avec un mentor et les mettre en lien avec des groupes communautaires et des possibilités de bénévolat.

Programmes d’établissement : Les services et les soutiens offerts par les programmes d’établissement sont essentiels pour assurer l’intégration des nouveaux arrivants et pour les inciter à rester dans la région. Il faut cerner les modèles d’établissement fructueux qu’il serait possible de mettre en œuvre à l’échelle régionale.

Date de modification :