Agence de promotion économique du Canada atlantique
Symbole du gouvernement du Canada

Salon international des produits de la mer de Boston de 2011 > Conversations vidéo

Texte intégral : Louisbourg Seafoods Ltd.
 
Cliquez ici pour regarder la vidéo.

Je m’appelle Lori Kennedy et je suis copropriétaire de Louisbourg Seafoods. Nous sommes en affaires depuis 1984; depuis un peu plus de 27 ans, nous produisons, récoltons et transformons nos propres fruits de mer, mollusques, crustacés et poissons de fond – d’une grande variété d’espèces.

Nous employons environ 520 personnes dans nos quatre succursales, ainsi que pour la pêche et la division des services maritimes. Nous utilisons des méthodes de pêche traditionnelles, uniques parce qu’elles permettent une gestion efficace de l’écosystème, donc nous récoltons toutes nos espèces en portant une attention particulière à l’océan, aux habitats naturels, etc.

Nous vendons la majorité de notre crabe aux États-Unis; nos poissons de fonds sont exportés, entre autres, vers les marchés américain et japonais. La majorité de nos crevettes sont destinées au Royaume Uni et nos concombres de mer, bien entendu, au marché asiatique.

Je n’étais pas présente au salon des fruits de mer de Bruxelles, mais j’ai participé à une composante culinaire des prix de l’ITQI pour le goût supérieur de notre crabe et de nos crevettes.

Le Salon des produits de la mer de Boston est vraiment un incontournable, parce que c’est une occasion de se rapprocher des clients, de faire connaître notre entreprise et le goût supérieur de nos fruits de mer. La composante culinaire comprend des dégustations, ce qui nous permet de faire essayer nos produits aux personnes qui visitent notre kiosque au lieu de nous contenter de leur en parler; nous développons aussi des liens avec l’industrie et les représentants du gouvernement, et je crois que nous donnons un visage plus humain à Louisbourg Seafoods.

Nous comptons beaucoup sur la délégation du Canada Atlantique. Nous avons un partenariat avec l’Institut culinaire du Canada de l’Île-du-Prince-Édouard, aussi sur place. Nous aimons créer des liens avec l’ensemble du Canada atlantique parce c’est  une association unique, qui nous permet d’accroître notre pouvoir d’achat et de diversifier les espèces et les processus utilisés. C’est différent. Tous les gouvernements provinciaux s’allient pour travailler de concert avec l’industrie et la communauté, ainsi que différents organismes du gouvernement fédéral. Il s’agit donc plutôt d’une espèce de conglomérat.

Oui, nous sommes intéressés par les nouveaux marchés, c’est pourquoi nous avons approché l’Institut culinaire du Canada. Comme nous étions intéressés par le marché indien, nous avons communiqué avec l’Institut pour trouver un étudiant indien qui serait prêt à partager avec nous la culture et les goûts de son pays, et bien sûr Subra est ici, donc nous établissons des relations d’affaires avec la collectivité mondiale, particulièrement avec l’Inde, et l’expérience s’avère très probante.