Agence de promotion économique du Canada atlantique
Symbole du gouvernement du Canada

Innovation à l'œuvre

Entretien vidéo avec Kevin Englehart, directeur adjoint – l’Institut de génie biomédical de l’Université du Nouveau-Brunswick. (version anglaise - 3 minutes, 18 secondes)

Cliquez ici pour lire le texte intégral 

Une version haute définition de ce vidéo est accessible sur YouTube 
 

Pour en savoir davantage sur l'Institute of Biomedical Engineering de l'UNB, lisez: Un généreux coup de main.

 
 
Texte intégral : Institut de génie biomédical de l’Université du Nouveau-Brunswick

Nous avons ceci de particulier que nous sommes à la fois une clinique et un centre de recherche. Le personnel clinique et les chercheurs travaillent sous le même toit dans le but d’améliorer les prothèses.

Je m’appelle Kevin Englehart et je suis le directeur adjoint de l’Institut de génie biomédical de l’Université du Nouveau-Brunswick.

Voilà environ 40 ans que nous nous intéressons aux membres supérieurs artificiels. Nous travaillons entre autres au développement d’une main artificielle et nous voulons qu’elle soit la plus fonctionnelle possible pour les personnes amputées et que son prix soit abordable. Voyez-vous, il est important que les compagnies d’assurance se rendent compte que ce produit leur procurera un grand avantage et que ce sera un produit dont le plus grand nombre de personnes possible pourront profiter.

C’est grâce aux fonds de l’APECA que nous avons pu conserver notre équipe de calibre mondial. Il est parfois difficile de garder des employés très spécialisés et de leur permettre de se concentrer sur des innovations de pointe. À l’Institut, nous avons réussi à garder une équipe d’ingénieurs et de personnel clinique de calibre mondial, qui travaille à un projet particulier, celui d’améliorer la qualité de vie des personnes amputées.

Ce sont les travaux de recherche fondamentale menés pendant plusieurs dizaines d’années par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie, le CRSNG, qui nous ont permis de demeurer à l’avant-garde du domaine. C’est pourquoi les occasions qui se présentent tombent à point, puisque nous pouvons appliquer toute cette recherche fondamentale à un projet commercial.

Parmi les défis de commercialisation de la technologie dans notre secteur, notons les économies d’échelle liées à notre type de produits. Il y a beaucoup de personnes amputées, mais pas assez pour soutenir toute une industrie. C’est pourquoi le soutien du gouvernement est essentiel. Il nous permet de réaliser ce type de recherches en vue d’avoir un produit commercialisable.

L’avenir est plein de promesses : non seulement nous aurons des appareils à offrir, mais nous cherchons de nouvelles façons d’aborder le système nerveux pour que l’homme et la machine puissent interagir plus efficacement et que ces appareils offrent aux personnes amputées de plus en plus de possibilités et de dextérité.
 
D'autres vidéos des entreprises innovateurs de l'Atlantique sont disponibles sur la page Innovation à l'oeuvre