Agence de promotion économique du Canada atlantique
Symbole du gouvernement du Canada

Information archivée dans le Web

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette information dans tout autre format de rechange à la page « Contactez-nous ».


L’Institut atlantique de recherche sur le cancer (IARC)

Quand la recherche prend son envolChercheur supervisant la production de micropuces biologiques.

Au cours des dernières années, l’Institut atlantique de recherche sur le cancer (IARC) a réalisé des percées intéressantes pour améliorer l’efficacité du dépistage et du traitement des personnes atteintes de cancer.

L’Institut, situé à Moncton, au Nouveau-Brunswick, est voué à la recherche en vue de trouver des solutions au cancer en favorisant la recherche interdisciplinaire, en transférant l’innovation scientifique vers les soins aux patients tout en contribuant à la formation de futurs chercheurs.

En 2002, un premier projet financé par le Fonds d’innovation de l’Atlantique (FIA), a permis à l’IARC d’entreprendre des recherches en génomique pour  identifier les biomarqueurs  en vue de dépister le cancer du côlon et de la prostate à un stade très précoce. Ces biomarqueurs établissent la base d’un autre projet financé par le FIA afin de tester des biomarqueurs de protéines pour déceler la présence de cellules cancéreuses dans le sang, l’urine et les selles.

Le cancer du côlon étant le deuxième cancer plus fréquent au Canada, le travail de l’équipe de recherche a permis d’élaborer des tests très sensibles et précis pour dépister le cancer à un stade plus précoce et recommander un traitement précis. Il s’agit d’une façon beaucoup plus efficace et moins dispendieuse de dépistage précoce que la colonoscopie.

Selon Dr Rodney Ouellette, président et directeur scientifique de l’Institut atlantique de recherche sur le cancer, le financement pour le premier projet tombait à point.

« C’est à ce moment-là que l’Institut a pris son envol. Nous avons pu bâtir notre capacité de recherche en génomique avec une infrastructure technologique plus performante et une équipe de recherche élargie. Ce projet, c’est la pierre angulaire pour tous les autres projets de recherche qui ont suivi », explique-t-il.

Dans le cadre de ce premier projet, deux demandes de brevets ont été déposées et un deuxième volet, qui a été entrepris par l’Université de Moncton, porte sur l’étude et le développement de nutraceutiques et d’aliments fonctionnels pour prévenir le cancer.

De plus, les retombées du premier projet financé par le FIA ont mené à d’autres projets et partenariats de recherche en plus de faciliter grandement le recrutement et le maintien de chercheurs dans la région. Selon Dr Ouellette, l’IARC peut maintenant rivaliser avec les autres grands centres de recherche puisque les chercheurs bénéficient d’une technologie de pointe et une équipe de recherche hors pair. À cet égard, il évoque une anecdote remontant au premier affichage d’emploi en ligne d’un poste de chercheur alors qu’il avait reçu environ 150 candidatures de par le monde.

L’IARC a aussi permis à près d’une trentaine d’étudiants d’acquérir de l’expérience  de recherche dans la dernière décennie.

Avec un troisième projet financé par le FIA,  l’IARC exploitera de récentes découvertes réalisées dans le cadre de deux projets antérieurs. L’Institut travaille sur la mise au point d’une technologie visant à identifier des marqueurs qui classent les différents stades du cancer et qui aideront ainsi à déterminer si un patient devrait ou non recevoir des soins de suivi, tels que de la chimiothérapie ou une chirurgie.

Le financement du FIA a permis à l’Institut atlantique de recherche sur le cancer de créer des partenariats précieux, de renforcer la capacité du secteur privé au Canada atlantique et d’attirer de nouveaux talents et une main-d’œuvre hautement qualifiée dans la région.

Projet: Test et technologies pour la détection précoce du cancer et son traitement
Promoteur: L’Institut atlantique de recherche sur le cancer (IARC)
Lieu: Moncton (Nouveau Brunswick)
Financement du FIA: 11,8 millions de dollars – projets annoncés en 2002, 2007 et 2010
Valeur totale des projets: 20,6 millions de dollars

Site Web connexe: www.canceratlantique.ca 

Retour à la page Innovation à l'oeuvre