Agence de promotion économique du Canada atlantique
Symbole du gouvernement du Canada

Information archivée dans le Web

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette information dans tout autre format de rechange à la page « Contactez-nous ».


Université de Moncton

 

Le logo de l'Université de Moncton Le logo de Springboard

Développer l’industrie des produits diététiques du Canada atlantique

« Extraites de plantes qui peuvent être cultivées avantageusement en Atlantique , les huiles Omega-3 ont un grand potentiel économique et pour la santé des individus, » affirme le professeur Marc Surette.

En 2003, le professeur Surette,vice-président à la recherche et développement chez Pilot Therapeutics, Inc., société américaine de biopharmaceutiquesdécide d’accepter un poste de professeur au département de chimie et de biochimie de l’Université de Moncton. “Pour plusieurs raisons, c’était le moment propice pour revenir au Nouveau-Brunswick : je souhaitais y entamer une carrière en enseignement et y poursuivre mes recherches; de plus, je savais qu’un groupe de collègues de haut calibre était déjà sur place et que les possibilités de financement étaient très bonnes ” , explique monsieur Surette, diplômé de la Cornell University. Peu après son arrivée, il décroche la Chaire de recherches du Canada en métabolisme cellulaire des lipides qui est assortie d’un financement annuel de cent mille dollars. Ce financement a été suivi par d’autres qui totalisent quelque six millions de dollars d’engagement de divers organismes tels les IRSC, l’APÉCA, la FINB et la Fondation canadienne des maladies du coeur.

En 2008, monsieur Surette s’est vu octroyer une contribution du Fonds d’innovation de l’Atlantique (FIA) de près de trois millions de dollars pour un projet de recherche et développement intitulé Mise au point de produits diététiques dérivés de ressources biologiques. L’un des principaux objectifs du projet est de mettre au point de nouvelles méthodes de production agricole qui visent l’augmentation de la croissance de nouvelles plantes et du rendement en huiles de leurs graines. Les huiles extraites de ces plantes sont destinées aux marchés des suppléments ou des ingrédients alimentaires. Riches en Omega-3, ces huiles peuvent être utilisées en remplacement d’huiles à base de poisson. Des applications dans les domaines de la santé humaine et de la santé animale sont envisagées, telle la modulation de réponses immunitaires dans la prévention de maladies inflammatoires. Le professeur Martin Filion du département de biologie et la professeure Chantal Matar, autrefois rattachée à l’Université de Moncton et aujourd’hui à celle d’Ottawa, et plus précisément au Département des sciences de la nutrition, sont des chercheurs clés de l’équipe du professeur Surette. Les sociétés Technology Crops International (TCI)/Nature’s Crops, Inc. (NCI) de l’I.-P.-E. et des USA, Innovactiv, inc. de Rimouski, Québec et l’Institut de recherches sur les zônes côtières, Shippagan, N.-B. comptent parmi les principaux partenaires du projet FIA.

Membre de Springboard, le Bureau de soutien à l’innovation (BSI) de l’université travaille en étroite collaboration avec monsieur Surette et ses collègues. Et le chercheur de préciser : « Dès mon arrivée, et particulièrement en 2007 et 2008, Gisèle Levesque, agente d’innovation au BSI et Réjean Hall, directeur, ont travaillé avec moi afin de solliciter des fonds et d’établir des partenariats ».

Monsieur Hall et madame Levesque soulignent à quel point le réseau Springboard a été important dans le développement de leur capacité à aider le professeur Surette et son équipe. « Les formations en rédaction de contrats, en négociation et en octroi de licences reçues via Springboard ont été très utiles dans plusieurs volets de notre travail avec monsieur Surette » explique Gisèle Levesque. Selon monsieur Hall, les gabarits de contrats de Springboard ont constitué la base de multiples ententes de partenariat associées au projet FIA. Par ailleurs, les conseils des membres de Springboard et les habiletés acquises aux ateliers AUTM et ACCT Canada ont été utiles à l’élaboration de stratégies de propriété intellectuelle. Les programmes de Springboard ont aussi aidé de façon importante l’équipe de monsieur Surette. En 2009, Springboard a accordé au professeur Filion une contribution à partir du Fonds d’aide juridique et d’obtention d’un brevet. En 2010, grâce à l’aide du BSI, monsieur Surette a également obtenu un financement provenant du Fonds d’aide juridique et d’obtention d’un brevet et du Fonds de validation de principe de Springboard. «Concernant la découverte de monsieur Filion, madame Barbara Campbell, Associate Director of Licensing de la Dalhousie University nous a aidé dans le choix avisé d’un agent de brevet» souligne madame Levesque. Selon monsieur Hall, Springboard a également aidé à la mise au point du plan de recherche du professeur Surette : « Au cours des dernières années, nous avons consulté nos collègues de l’University of New Brunswick, de Dalhousie University et du Groupe Genesis de la Memorial University sur certains aspects des projets du professeur Surette. »

L’impact économique des travaux du professeur Surette au Canada atlantique est considérable. Les possibilités de mise en marché des découvertes en voie de protection par brevet sont prometteuses. De plus, les postes de chercheurs du laboratoire du professeur Surette constituent un pôle appréciable d’emplois locaux de haut niveau. Enfin et surtout, l’implantation à l’Ile-du-Prince-Édouard de la société Nature’s Crops, Inc. (NCI), une filiale de TCI, concrétise les premières retombées des recherches du professeur Surette. En effet, en 2009, suite aux travaux effectués avec le professeur Surette et à des essais réalisés au Nouveau-Brunswick, TCI démarre à l’I.-P.-E. un programme d’essais avec de nouvelles plantes de grande valeur ajoutée. Les résultats ont été tellement concluants qu’à l’automne 2010, grâce à un investissement de quelque six millions de dollars d’ Agriculture et Agroalimentaire Canada et de la Province de l’ I.-P.-E. , NCI ouvre à Kensignton, I.-P.-E. , une usine de biorafinage pour le traitement des graines et l’extraction des huiles. La société NCI a également reçu une contribution financière importante du Programme d’aide à la recherche industrielle (PARI) du CNRC. Une fois le bilan des achats des producteurs, des investissements en capitaux et des salaires fait, l’entreprise aura elle-même investi plus de 20 millions de dollars à l’ I.-P.-E.

Pour ses contributions exceptionnelles aux communautés locales et scientifiques, le professeur Marc Surette s’est mérité le Prix 2010 du Nouveau-Brunswick pour les réalisations en biosciences, décerné via BioAtlantech. Inventeur de plusieurs brevets et acteur de premier plan de la commercialisation de Airozin ® (un produit de contrôle de l’asthme sur une base diététique), le professeur Surette évalue constamment les résultats de son équipe. Il fait la planification de ses programmes de recherches avec une visée d’impact régional maximum. « Le professeur Surette a une compréhension profonde, à la fois de la recherche fondamentale et de la commercialisation de la recherche appliquée. Il a non seulement un impact positif sur le plan de la recherche et du développement commercial en Atlantique, mais aussi au sein de l’Université de Moncton en tant que modèle et catalyseur de changement de la culture de recherche » , conclure monsieur Hall.

Haut de la page


 

 

 

Le logo de Springboard

UN MOT SUR SPRINGBOARD ATLANTIC
Le réseau de commercialisation de Springboard Atlantic est composé de 19 collèges et universités qui oeuvrent ensemble en vue d’accroître la collaboration entre les établissements d’enseignement postsecondaires du Canada atlantique, de faciliter des partenariats avec l’industrie et d’accélérer le transfert de la recherche et du développement au secteur privé. Springboard Atlantic bénéficie d’une aide financière de base de ses établissements membres ainsi que du gouvernement du Canada, par l’entremise de l’Agence de promotion économique du Canada atlantique (APECA).

Site Web connexe:

Retour à la page Innovation à l'oeuvre