Agence de promotion économique du Canada atlantique
Symbole du gouvernement du Canada

Production de paillis et de potentiel

Bonny Lea Farm Pour David Outhouse et son équipe à Bonny Lea Farm, en Nouvelle-Écosse, le lien entre la croissance de l’entreprise et la croissance de la collectivité est aussi fondamental que les produits biologiques qu’ils cultivent pour appuyer un mode de vie plus écologique.

Grâce à la grande demande pour leur paillis de jardin — un mélange d’écorce de sapin, de fumier de poulet composté et de paillis très fin —, leurs installations de fabrication de paillis, Bark Barn, seront bientôt agrandies et d’autres occasions seront alors créées pour des gens à besoins spéciaux.

Depuis plus de 40 ans, cette entreprise de Chester aide de jeunes gens avec des déficiences intellectuelles à faire valoir leur potentiel. Cette ferme, qui est l’un des plus importants employeurs de la ville, a fondé son programme de développement d’aptitudes à la vie quotidienne sur plusieurs initiatives commerciales à but non lucratif portant, notamment, sur les jardins d’herbes, les emballages sur mesure et le travail du bois.

Actuellement, Bark Barn, une des installations de la ferme qui remportent le plus de succès, agrandira ses locaux pour passer de 135 mètres carrés à 450 mètres carrés, lui permettant ainsi d’installer sa chaîne de production à l’intérieur afin qu’elle puisse fonctionner à l’année, peu importe les intempéries.

« Notre paillis est très populaire partout dans l’Ouest de la Nouvelle-Écosse », explique David, le directeur de cette ferme connue officiellement sous le nom de South Shore Community Services Organization.

« Nous sommes enthousiastes à l’égard de cet agrandissement puisque nous ne réussissons pas à répondre à la demande actuelle. »

Il y a 45 apprentis inscrits au programme et plus de la moitié d’entre eux vivent à la ferme. Les autres apprentis vivent dans des collectivités avoisinantes et se rendent sur les lieux chaque jour.

« Certaines personnes ont plus de défis que d’autres, déclare David. Quelques-unes d’entre elles ne peuvent travailler que pendant une heure ou deux par semaine, tandis que d’autres réussissent à obtenir un poste à temps plein et à s’installer dans leur propre logement. »

L’agrandissement permettra non seulement à la ferme d’augmenter ses produits de jardin mais il lui donnera aussi la possibilité d’augmenter toutes ses activités afin d’accueillir d’avantage de clients potentiels figurant sur sa liste d’attente.

« L’augmentation de notre gamme de paillis nous permettra d’embaucher davantage de gens qui sont atteints d’une déficience et qui ont besoin de travail et d’occasions d’augmenter leur confiance en soi afin d’atteindre d’autres réussites, comme s’installer dans leur propre logement, ou dans certains cas, trouver un autre genre d’emploi », souligne David.

Selon David, l’agrandissement est possible grâce à de généreux dons de particuliers et à un investissement de 143 000 $ en vertu du Fonds des collectivités innovatrices de l’APECA.

« Pour cet agrandissement, nous avons fait affaire avec l’Agence pour la première fois et le processus c’est très bien déroulé. Nous sommes chanceux de collaborer avec des gens qui comprennent notre raison d’être unique. C’est un grand avantage », exprime David.

En misant sur de bonnes pratiques commerciales et une bonne formation, l’entreprise Bonny Lea Farm continue d’augmenter les occasions permettant à tous de contribuer à la vie communautaire et à l’économie. N’est-ce pas le principe de base de l’esprit communautaire?

Publié le 6 mai 2011