Agence de promotion économique du Canada atlantique
Symbole du gouvernement du Canada

Innovation en mer

Un travailleur examine une machine
La propreté et la pureté de l’air ont une aussi grande importance sur mer que sur terre.

En fait, une entreprise de l’Île-du-Prince-Édouard qui s’engage à rendre l’atmosphère plus propre a mis au point, après des années de recherche-développement, un système utilisant l’eau de la mer pour réduire les émissions de soufre des navires qui appareillent aux quatre coins du monde. 

Le EcoSilencer®, conçu par l’entreprise Marine Exhaust Solutions (MES) de Charlottetown, est un système d’épuration écologique à base d’eau de mer qui permet de purifier les émissions d’échappement de navires.

L’établissement de nouveaux règlements à l’échelle mondiale relativement aux limites acceptables d’émission de soufre pour les navires ont véritablement encouragé l’essor du marché du EcoSilencer®.

D’après les prévisions de MES, les propriétaires de navires qui se procurent un EcoSilencer® peuvent s’attendre à ce que le système devienne rentable au bout de trois ans, car ce dernier élimine la nécessité de passer à un carburant plus dispendieux pour être en mesure de respecter les nouvelles normes relatives aux émissions de soufre.

« Puisque la plupart des zones à circulation intense dans l’océan Atlantique constituent des zones de contrôle d’émissions de l’Organisation maritime internationale, les navires commerciaux qui les traversent doivent se plier à des normes de réduction d’émissions de soufre, explique le président de MES, M. Peter Toombs. D’ici au milieu de l’an 2015, les zones de contrôle d’émissions couvriront au moins 200 milles du littoral nord-américain et ne feront que s’étendre. Cela signifie donc que nos marchés potentiels de demain auront une portée mondiale. »

Bien qu’il lui ait fallu dix ans de recherche-développement et d’essais pour recueillir des renseignements indispensables sur le rendement et l’efficacité du système, MES détient actuellement des brevets internationaux dans 25 pays membres européens, au Canada et aux États Unis. 

Aujourd’hui, MES est en voie de devenir une entreprise de calibre mondial dans l’industrie, et M. Toombs est reconnaissant que l’APECA ait aidé l’entreprise à entreprendre l’étape de la commercialisation. « L’APECA nous a accordé des fonds de développement essentiels et a contribué de façon importante à nos progrès. Nous sommes très heureux que l’Agence soit là pour nous aider à nous préparer en vue de la prochaine étape », affirme t il.

« Il s’agit d’un marché très concurrentiel; toutefois, nous disposons d’une occasion en or, et j’ai confiance que nous aurons beaucoup de succès si nous continuons à prendre de bonnes décisions », déclare M. Toombs.

Tout comme les visionnaires du passé, MES fait la course jusqu’à la ligne d’arrivée avec un produit novateur pour l’ère moderne; un produit qui permettra de réduire l’empreinte écologique des navires d’un océan à l’autre.

Publié le 24 février 2012